dimanche 29 novembre 2009

Muffins "Charlotte aux Fraises"




Quand le nouveau thème du Muffins Monday a été dévoilé par Aurélie (C'est Kan Kon Mange?), je me suis dit "oulala... mais qu'est-ce-que je vais bien pouvoir faire comme recette?!?!", parce qu'il faut quand même bien le reconnaître, ce thème est plutôt déroutant... ("La règle est très simple, il suffit de faire "ressentir une œuvre littéraire à travers un Muffin " , dixit Laurent , que ce soit inspiré par un personnage, l'histoire en elle-même, le lieu etc... le choix du support reste assez ouvert pour permettre à chacun suivant ses lectures de pouvoir participer (roman, BD, magazine, oui même le programme télé si ça vous inspire). La seule contrainte que imposée est d'expliquer en quelques mots (ou lignes pour les plus bavards) le choix des ingrédients"), mais comme j'avais quand même bien envie de participer, je me suis rapidement creusée la tête et ai finalement parée au plus simple: des muffins avec des fraises dedans!  Ceux-ci ne pouvaient être que des Muffins faits pour ce petit personnage bien connu des petites fille qu'est la fameuse Charlotte aux Fraises. Oui, oui c'est vrai, c'est un peu facile, mais ça marche non?!?
En tout cas, au final ce qui compte c'est qu'ils soient bons non?



Préchauffer le four à 180°
(Pour 8 beaux Muffins)
Dans un saladier, mélanger
275 g de farine
1 sachet de levure chimique
75 g de sucre
Creuser un puits et ajouter
25 cl de lait
50 g de beurre 1/2 sel fondu
2 oeufs entiers
Mélanger rapidement sans trop insister et ajouter quelques fraises séchées.
Verser dans des moules à muffins (en silicone ou en papier).
Cuire 20 min
Démouler et laisser refroidir avant de les décorer d'une ganache au chocaolat blanc

Chantilly au chocolat blanc
15 cl de crème liquide entière très froide
quelques gouttes de colorant alimentaire rouge liquide
50 g de chocolat blanc
1 feuille de gélatine

Faire tremper la feuille de gélatine dans l'eau froide.
Monter la crème en chantilly avec les quelques gouttes de colorant.
Faire fondre le chocolat blanc au bain-marie. Une fois fondu, le lisser et le laisser tiédir un peu avant de l'ajouter à la crème. Essorer la gélatine et l'incorporer. Mélanger et placer au frais 1 heure.
Placer dans une poche à douille cannelée et décorer.


mercredi 25 novembre 2009

Calissons aux Fraises




Les Fêtes approchent à grands pas! dans 1 mois et nous y seront déjà, alors on peut d'ors et déjà commencer à penser aux petites douceurs qui vont faire le régal de tous, mais surtout des gourmands, petits et grands...
J'ai pris l'habitude depuis quelques années de réaliser à cette occasion des petits Calissons, fleurons de la jolie ville d'Aix-en-Provence. Pour changer un peu des traditionnels j'avais proposé l'année dernière des cali-pistaches & des cali-pruneaux qui avaient rencontrés un vif succès, alors j'ai eu envie de renouveler l'expérience cette année encore avec des petits calissons au doux parfum de fraise, avec quelques petites cranberries qui apportent une légère acidité qui contraste merveilleusement avec le sucré de la pâte d'amande. Un vrai régal...




Pour une quarantaine de Calissons

2 feuilles de pain azyme (facultatif)
150 g de melon confit
50 g de fraises séchées
300 g de poudre d'amande
200 g de sucre glace
1 c à s de confiture d'abricot
1 c à c d'Eau de Fleur d'Oranger (facultatif)
quelques gouttes d'extrait d'amande amère (facultatif)
quelques gouttes de colorant liquide rouge (facultatif)
quelques cranberries séchées

Glace Royale
Mélanger ensemble 1/2 blanc d'oeuf, 150 g de sucre glace et 1/2 c à moka de colorant cuivre rouge en poudre (à défaut 1 goutte de colorant liquide rouge) jusqu'à obtention d'un mélange souple.



Dans une casserole à fond épais, faire sécher à feu doux pendant 7- 8 min sans cesser de remuer le sucre glace, la poudre d'amande, l'Eau de Fleur d'Oranger, l'amande amère & éventuellement quelques gouttes de colorant rouge jusqu’à l’obtention d’une pâte qui ne colle plus aux doigts : ne pas dessécher davantage.

Mixer le melon confit et les fraises séchées coupés en petits morceaux. Ajouter la pâte d’amande et mixer à pleine vitesse jusqu’à l’obtention d’un appareil homogène, fin et relativement ferme. Ajouter quelques cranberries séchées coupées en très petits bouts et mélanger.

Etaler la préparation obtenue sur une feuille de pain azyme sur 1,5 cm d'épaisseur. Laisser reposer et croûter 2 heures. Détailler à l'emporte- pièce et glacer chaque calisson avant de laisser reposer de nouveau 1 heure pour que le glaçage raffermisse. Mettre au four 1 heure à 30° ou 1 (à peine). Laisser entièrement refroidir avant de les ranger dans une boîte hermétique. Stocker à l’abri de la chaleur et de l’humidité.


mardi 24 novembre 2009

Il m'est venu une idée...


L'autre jour, à l'occasion du Salon du Blog Culinaire, Mercotte m'a annoncé l'ouverture imminente d'un G. Detou à Lyon, en lieu et place de l'ancienne Régionale, 4 rue du Plat dans le 2d. Ça pour une nouvelle!!! plus besoin de passer par internet pour passer commande des introuvables et en plus et surtout plus besoin d'acheter ces fameux introuvables par paquet minimum de 1kg ou plus puisque la vente se fait aussi détail (à nous pâte de pistache, chocolat(s), praliné, grué de cacao, Gianduja, feuilletine...)
Alors voilà, je me suis dis que ça pourrait quand même être sympa de s'organiser un petit quelque chose autour de cet "évènement": j'ai pensé qu'on pourrait tous se retrouver blogueurs/blogueuses (ou non d'ailleurs) de Lyon et la région (ou non d'ailleurs) d'abord pour se rencontrer et ensuite pour aller y faire un petit tour tous ensemble histoire de les dévaliser dès leur ouverture...
Si mon idée vous tente faites le moi savoir en me laissant un petit commentaire ici ou par le biais de mon adresse mail perso (pucebleue@gmail.com), avec votre nom et un lien vers votre blog histoire que je puisse organiser tout ça pour la mi décembre.
J'attends vos impressions et j'espère surtout qu'on sera nombreux et nombreuses!!!
Très bonne journée à tous et toutes et j'espère à bientôt!

PS: ça doit être les effets secondaires du salon du blog qui me donnent ces idées là...

lundi 23 novembre 2009

Minis Pains au Chocolat briochés pour maxi plaisir




Parce que la route depuis Lyon pour aller jusqu'à Soissons assister au 2ème Salon du Blog Culinaire s'annonçait longue, il nous fallait bien un petit quelque chose à grignoter pour être sûr de tenir le coup (oh... la vilaine excuse!!)
Le but n'était pas d'obtenir des petits pains feuilletés mais plus des petits pains briochés, donc point de souci de tourage et de feuilletage qui peut parfois paraître inaccessible, c'est plus rapide et c'est très bon aussi.
Ces petites viennoiseries n'ont finalement de pains au chocolat que la forme et bien évidemment la gourmande barre de chocolat!
La prochaine fois c'est promis je tente les vrais de vrais et je me mets au défi de faire aussi bien que Paprika (... c'est pas gagné!)







Pour 12 minis Pains au Chocolat



250 g de farine
6 g de sel
10 g de levure de boulanger sèche
15 cl de lait à température légèrment tiédi
25 g de sucre
125 g de beurre ramolli
1 œuf pour dorer
24 carrés chocolat noir





Faire tiédir le lait quelques secondes au micro-ondes.
Verser la levure de boulangerie dessus. Mélanger, couvrir et laisser gonfler dans un endroit tiède 10 min.
Tamiser la farine dans un grand saladier. Ajouter le sel et le sucre. Mélanger et creuser un puits.
Incorporer le mélange lait/levure bien délayée. Mélanger d'abord légèrement avec une cuillère puis terminer à la main en pétrissant légèrement pour obtenir une boule. Incorporer alors le beurre ramolli coupé en morceaux. Pétrir à nouveau 5 min jusqu'à ce que tous les ingrédients soient bien mélangés les uns aux autres (au besoin aidez-vous d'un robot).
Couvrir le saladier d’un linge et laisser lever dans un endroit tiède pour 2 à 3 heures jusqu’à ce qu’elle double de volume.
Faire retomber la pâte à la main en la repliant sur elle- même et faire de nouveau lever 1 heure.
Dégazer le pâton et étaler au rouleau un rectangle de 20cm x 50cm et couper en 12 bandes égales.
Poser 2 carrés de chocolat à 1 cm du bord du rectangle et rouler.
Poser sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson et laisser lever 40 min à t° ambiante.
Préchauffer le four à 200°
Dorer chaque petit à l'œuf battu et enfourner pendant 15 min en surveillant la coloration (au besoin, couvrir d'une feuille de papier aluminium).






jeudi 19 novembre 2009

Gâteau aux Noix (sans beurre & sans gluten)





Maman m'a apporté l'autre jour un plein sac de noix en provenance directe de la campagne. Je me suis trouvée un peu embêtée sur le coup ne sachant pas trop ce que j'allais bien pouvoir en faire parce que je ne cuisine que très rarement les noix, leur préférent bien souvent les amandes & les noisettes. Mais puisque je les avais...
Après la très longue séance de décorticage je me suis décidée finalement pour un gâteau aux noix



Ce que je reproche au Gâteau aux Noix, c'est qu'il est bien souvent très riche (très riche en beurre notamment) et très lourd. Mais avec celui-ci c'est tout le contraire, oh évidemment il reste quand même riche parce qu'il faut bien le dire les noix ne sont pas vraiment reconnues pour être des plus diététiques (mais des plus intéressantes néanmoins du point de vu nutritionnel), mais il est d'une extrême légèreté, presque mousseux et incroyablement aérien.
Alors profitez-en parce qu'on en plein dans la saison des noix.



Préchauffer le four à 180°
Mixer finement les noix décortiquées.
Blanchir les jaunes d'oeufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange double de volume. Ajouter le rhum et mélanger encore un peu.
Incorporer la poudre de noix et la fécule (à défaut de fécule de pomme de terre, mettre la même quantité de Maïzena®) et fouetter vivement.
Monter les blancs en neige ferme avec la pincée de sel et les 10 g de sucre. Les incorporer à la préparation délicatement à l'aide d'un fouet à main.
Verser dans un moule en silicone carré 16/16 (à défaut d'un moule en silicone, beurrer et fariner un moule à la forme de votre choix)
Cuire 50 min en surveillant la couleur.
Laisser refroidir avant de démouler délicatement.
(Le dessus devient le dessous) saupoudrer de sucre glace et décorer de quelques cerneaux de noix.


mardi 17 novembre 2009

Pain sans gluten au Levain de Quinoa: 2 recettes sur le banc d'essai & Travail de recherches sur les # farines




Il y a quelque temps de cela, il a été diagnostiqué à maman une "intolérance au gluten" (appelée aussi  maladie du gluten, maladie cœliaque). En vérité, il s'agit plus d'une forme d’allergie que de vraie maladie à proprement parlé et qui ne se manifeste que si la personne mange du gluten: il y aura alors une réaction inappropriée du système immunitaire au niveau intestinal. Mais ça n'est pas le gluten dans son entier qui est mis en cause, mais seulement une fraction: la gliadine. Le gluten est constitué d'un ensemble de protéines figurant parmi les constituants protidiques des farines de certaines céréales (blé, seigle, orge, avoine). Le facteur supposé responsable de la maladie est représenté par la gliadine, fraction alcoolo-soluble du gluten.
Le traitement repose en fin de compte sur le régime sans gluten qui doit être suivi à vie.
En théorie, le régime sans gluten paraît simple, mais en pratique, son application rigoureuse est très difficile dans la mesure où le gluten est présent dans de nombreux aliments ou produits alimentaires du commerce, et sous des formes très diverses qui le rend parfois "invisible" à l’œil non attentif. La personne intolérante au gluten doit apprendre à repérer la présence de gluten dans une lecture très approfondie des étiquetages du commerce et être très prudente dans les situations où elle mange à l’extérieur. Une attention particulière doit être portée aux aliments manufacturés tels les soupes, les sauces, les bases de soupe, la sauce soya, les imitations de fruit de mer, les condiments, les épices, les bonbons, le chocolat, la crème glacée, les jus, les desserts, les aliments préparés congelés, les frites congelées, etc... Ces aliments contiennent très souvent du gluten. Il faudra aussi vérifier avec son pharmacien pour s'assurer que les médicaments à prendre ne contiennent pas de gluten. Les timbres ainsi que les enveloppes contiennent du gluten dans la colle aussi il est donc interdit de lécher cette colle. Les huiles en aérosol utilisées pour cuisiner peuvent également contenir du gluten. (SOURCE: sosgluten.ca)
S.A.B.O.T.: cet acronyme est un moyen mnémotechnique pour retenir aisément quels sont les céréales qui doivent être supprimées de manière définitive de l’alimentation soit : Seigle, Avoine, Blé, Orge et Triticale (plante rustique issue du croisement entre le blé et le seigle).Si toutefois vous souhaitiez en savoir plus sur cette "maladie" je vous renvoie vers cet article très bien détaillé du site Intégrascol et sur celui de Doctissimo, ainsi que celui-ci.

Il lui est donc impossible de manger du pain, ce qui est un réel problème pour elle puisqu'elle l'adorait et y renoncer est peut-être le plus dur sacrifice que lui impose cette intolérance alimentaire. J'essaye donc depuis des mois de lui faire du pain sans gluten qui ressemblerait le plus possible à du vrai pain, mais la tâche est ardue, car vous n'êtes pas sans savoir (ou non d'ailleurs...) que les farines sans gluten sont dites "non panifiables", car le gluten présent dans la farine joue un rôle essentiel dans la panification puisqu'il transmet à la pâte ses caractéristiques d'extensibilité, d'élasticité, de tenacité, de cohésion et de rétention gazeuse, avec au final un pain bien développé et qui aura du corps (c'est à dire volumineux, gonflé et avec une mie bien alvéolée, moelleuse, élastique et surtout non friable). Il est responsable de l'élasticité de la pâte et permet de faire du pain de qualité. Le défi n'est pas simple mais je m'accroche, et je dois dire que ces recherches et essais m'ont ammenés à faire de belles découvertes!


Essai 1:

Il n'y a aucune amertume, en même temps la quantité de quinoa est très faible (25 g de Levain bio fermentescible déshydraté), le restant est composé de farine de riz complet, sarrasin et du mélange pour pain sans gluten de Maïzena® qui se trouve sans problème au rayon farine de tous les supermachés.



Voilà comment j'ai fait:
la veille vers les 16 heures, j'ai mélangé 25 g de levain bio de quinoa fermentescible avec 50 g de farine de sarrasin et 50 g de farine complète de riz, ajouté 1 c à s d'huile neutre, 1 c à s de sirop d'agave et 10 cl d'eau tiède. Ensuite j'ai couvert d'un linge et laisser reposer jusqu'à ce matin 10 h 30. Le mélange exaltait une délicieuse odeur et avait gonflé et bullé. J'ai alors ajouté 1 c à c de sel, 350 g du mélange Maïzena®, 50 g de farine complète de riz, 10 g de gomme de guar (se trouve sans problème en magasin BIO. Elle permet d'obtenir une consistance correcte et imite l'élasticité dû au gluten) et 40 cl d'eau tiède. J'ai mélangé rapidement à la cuillère (le mélange est très coulant, la texture ressemble à celle que l'on obtient avec le pain sans pétrissage, c'est à dire proche d'une pâte à cake par exemple), puis ai laissé travailler mon KitchenAid pendant 15 min: il est de toute façon impossible de pétrir à la main vu la texture très coulante et collante de la pâte! J'ai couvert et ai laissé de nouveau lever pendant 2 heures dans un endroit tiède. De nouveau 15 min de pétrissage et hop dans le moule (que j'ai vu trop petit... du coup tout a débordé tellement il a gonflé! la prochaine fois je ferai attention!), et hop à lever une dernière fois 1 heure avant d'enfourner à 200° avec un petit bol d'eau pour 40 min.



Ce 1er essai m'a un peu déçu. Même si le goût était plutôt agréable, le résultat obtenu n'était pas du tout celui recherché. La mie est très humide et un peu collante comme le laisse voir les photos. 
Il me fallait donc poursuivre mes essais...

***

Essai 2: (tous les ingrédients utilisés sont issu de l'agriculture biologique)

Un résultat bluffant proche d’un pain traditionnel. Une croûte dorée très croustillante, une mie moelleuse, légère, alvéolée et semblable à un pain traditionnel. Un pain vrai de vrai et sans aucune amertume!




Dans le bol du robot, verser 30 g de levain BIO de quinoa fermentescible, 10 g de gomme de guar, 8 g de sel, 50 g de farine de quinoa, 50 g de farine de sarrasin, 100 g de farine complète de riz, 300 g de fécule de pomme de terre, 200 g de farine de maïs et 50 g de polenta fine (pour donner un peu plus de corps). Mélanger bien, creuser un puits et ajouter 50 cl d'eau tiède et 1 c à s de sirop d'agave (pour casser un peu l'amertume du quinoa et du sarrasin). Laisser le robot pétrir pendant 7 min avec le fouet crochet à vitesse moyenne. La pâte est très homogène, bien lisse mais très collante et humide.
Couvrir d'un linge propre et laisser reposer 2 heures à t° ambiante: la pâte doit avoir beaucoup gonflée presque tripler de volume!
Sans la sortir de son récipient, étirer la pâte et la plier 1 à 2 fois, couvrir et laisser de nouveau lever 10 heures.
Préparer une cocotte en Pyrex (contenance de 2,5 l), et l'huiler légèrement. Verser la pâte sur un plan de travail légèrement fariné à la farine de riz ou à la fécule de pomme de terre, la saupoudrer de farine de riz ou de fécule de pomme de terre et l'étirer et la plier 2 à 3 fois jusqu’à ce qu’elle forme quelque chose qui s'apparente à une boule. Placer dans la cocotte, saupoudrer d'un peu de farine de riz ou de fécule de pomme de terre et inciser d'une croix à l'aide d'une paire de ciseaux. Fermer le couvercle et enfourner le tout dans un four FROID, le positionner sur 240° et laisser cuire pendant 1 heure 30.
Au bout de ce temps, le pain est tout doré, bien gonflé et une belle croûte qui avait l'air terriblement croustillante c'est formée... Sortir la cocotte du four, démouler le pain et le laisser refroidir complètement sur une grille.





***
Voici une liste non exhaustive de farines sans gluten qu'il est facile de se procurer en magasin BIO:

* sarrasin

* riz (farine blanche ou complète, personnellement je n'utilise que la complète. Il existe aussi une farine qui mélange Riz & Châtaigne et qui convient très bien à la réalisation de pâtisseries)

* soja (il existe aussi une version 'soja toasté' qui a un petit goût de torréfié très agréable et une saveur biscuitée, sa couleur est jaune crème, son odeur et son goût s’apparente à celui des noix)

* quinoa

* châtaigne

* maïs

* teff (plante, originaire des Hauts-Plateaux d'Éthiopie, a des graines de très petite taille. Elle présente de nombreux avantages :
- source de protéines (12 à 15%) d'excellente qualité
- apport naturel de minéraux, notamment en fer et en calcium, et vitamines (150g de farine de teff apporte 68% des apports journaliers en fer, 66% en magnésium et 99% en cuivre.)
- possède un index glycémique bas.)

* pois chiche (farine lourde, jaune pâle, d’une mouture fine à partir de pois chiches séchés et d’une saveur très douce. Le pois chiche, comme toutes les légumineuses, est un aliment naturellement riche en protéines végétales, en plusieurs vitamines et minéraux et en fibres.Il est faible en matières grasses, et comme tous les aliments végétaux il ne contient pas de cholestérol. On retrouve la farine de pois chiche dans beaucoup de recettes comme la Socca niçoise, la Panisse marseillaise, les Panelli italiens, et les Besan Puda indiens!)

* lentilles vertes (la lentille est un aliment très précieux du point de vue nutritionnel : elle est très riche en fibres et, est digeste car elle contient peu de cellulose. Riche en vitamines B1, B2, B6, elle contient 3 fois plus de calcium que les céréales et 7 fois plus de fer que les épinards. Elle est la plus riche en fer et en protéines de toutes les légumineuses. La farine de lentilles vertes permet de réaliser pains, gâteaux (en complément de la farine de blé) ou est employée comme base ou liant pour des soupes ou potages.)

* amarante (naturellement dépourvue de Gluten. Elle se cuisine comme le Riz. Elle présente beaucoup d’analogies avec le quinoa tant par ses qualités nutritionnelles, protéines (richesse en lysine), vitamines, que par la forme ronde de ces grains. La finesse de ses grains s'adapte plus particulièrement aux préparations suivantes : Galettes de légumes, pâtisseries et pains (auxquels il apporte légéreté) et pour épaissir un potage ou une soupe de légumes afin d'en faire un plat nourissant. Vous pouvez également le passer au moulin à café afin d'en faire une fine farine pour varier le goût de vos pains sans gluten.

* millet (Céréale à très petite graine, ronde et d'un très beau jaune or qui croît dans les régions sèches, sur terres sablonneuses. Il en existe diverses variétés : le plus commun est le millet perlé dont le grain est toujours décortiqué, mais on connaît aussi le millet rond, long, à grappes, sorgho (gros millet), millet des oiseaux, millet à balais.
Riche en magnésium, en phosphore grâce à son apport vitaminique(vitamine B5, A, B1,B2, PP), il joue un rôle important dans l'élaboration de la peau, des cheveux et des ongles. Il est considéré par les diététiciens et les végétariens comme un revitalisant de grande qualité. Recommandé aux nerveux, aux dépressifs, aux convalescents, aux personnes stressées, à tous ceux qui supportent mal les céréales riches en gluten et qui ont une digestion difficile, des intestins irrités ou fragiles.

* sorgho (encore appelé gros mil, c'est la céréale la plus cultivée au monde après le blé et le riz.La graine de sorgho est riche en glucides (amidon), elle contient également des lipides et des protides ainsi que des fibres, des minéraux ( potassium et phosphore....) et des vitamines (sauf A) ; sa teneur variable en tanins nuit un peu à sa digestibilité. 

* chanvre (la farine de chanvre est obtenue par broyage du tourteau de chanvre c'est-à-dire de la graine vidée de son huile. Elle s’utilise en mélange : 10 à 20 % pour le pain, les crêpes et les pâtes à tarte ; 20 à 30 % pour les pâtisseries ... et d’avantage selon le goût et les expériences de chacun ! Elle donnera à toutes vos préparations un arôme subtil de noix de chanvre tout en amplifiant leur valeur nutritive.)

* fécule de pomme de terre, de maïs, de riz et manioc (tapioca) et l’arrow-root


Les céréales sont indispensables à l'alimentation humaine quotidienne. Elles apportent à l'organisme des protéines végétales, des fibres, des minéraux, des oligoéléments et des vitamines.
Les farines BIO sont pleines de saveurs et dépourvues de substances toxiques. Produitent naturellement dans le plus grand respect de la nature, elles possèdent des saveurs authentiques et naturelles à la différence de tous ces produits aseptisés que l'industrie agro- alimentaire nous propose.

C'est par le poids des cendres contenu dans 100 grammes de matières sèches que l'on désigne les grands types de farine. Le chiffre du type indiquant le poids en grammes du résidu minéral contenu dans ces 100 grammes de farine.
C’est donc le degré de tamisage qui va permettre d’obtenir différentes farines pour différents usages.
Il existe un certain nombre de types de farine bien déterminés.
La farine complète s’obtient après une première mouture. Ensuite, plus on va tamiser plus la farine sera blanche et pure.


La farine de type 45 ou gruau, est une farine pâtissière riche en gluten (11%), c'est la plus pure et la plus fine de toutes, son taux d'extraction est de 70%, traitée sans grumeaux, elle permet d'absorber plus de liquide. Ell est idéale pour la réalisation de viennoiseries associée à une farine de Type 55.
La farine de type 55 est une farine ordinaire légèrement grisâtre, moins riche en gluten et qui gonfle peu. Il est nécessaire de la tamiser avant l'emploi. C'est la farine la plus couramment utilisée et la plus utilisée pour le pain blanc.
La farine de type 65 est une farine bise. Elle est utilisée pour tout ce que les boulangers appellent pain ou baguette "de tradition". Elle contient très peu ou pas d'additif, c'est la farine idéale pour faire son pain.
La farine de type 80 est une farine bise semi-complète moulue à la meule de pierre.  Elle conserve les éléments nobles de l'enveloppe et du germe du grain et est riche en fibres. La pâte sera plus colorée  et son goût plus riche et généreux. Elle est utilisée pour faire le pain de campagne et les pains "spéciaux".
La farine de type 110 est une farine complète obtenue par la mouture du blé avec le son et le germe ou plus souvent par l’ajout de son ensuite. Elle est utilisée pour faire le pain complet.
La farine de type 150 est une farine de blé complète intégrale. Elle est utilisée pour faire du pain de son.


La fécule de pommes de terre est obtenue à partir de pommes de terre desséchées et réduites en farine, très fine, blanche. Elle convient parfaitement pour remplacer la farine dans les cas de régimes sans gluten. Comme la fécule de maïs elle possède des propriétés gélifiantes utilisées pour épaissir les aliments, pour alléger les pâtisseries, pour rendre la crème anglaise plus onctueuse, pour lier les sauces, en remplacement de la farine.


La fécule de maïs (ou Maïzena®) est extraite de l'amidon du maïs. La Maïzena®, c’est un produit mais c’est aussi une marque déposée. C'est sous cette marque qu'on trouve le plus souvent la fécule de maïs. Elle possède des propriétés gélifiantes utilisées pour épaissir les aliments.
L’intérêt de ce produit dans une sauce est la faible quantité qu’il faut utiliser. Chacun a déjà entendu dire qu’il vaut mieux utiliser de la Maïzena® pour faire une béchamel. Mais pourquoi ? Parce que c’est plus léger ? C’est presque ça. En fait, de part sa nature, la fécule de maïs épaissit deux fois plus au contact de l'eau ou d’un autre liquide que la farine. Donc pour un résultat identique, il faut deux fois moins de fécule de maïs que de farine. Quand il faudra 40 g de farine pour un demi-litre de béchamel, il ne faudra que 20 g de Maïzena®. L’intérêt est d’avoir une préparation plus digeste et moins calorique. La fécule de maïs n’est pas moins calorique que la farine (330 kcal au 100 g), mais si on  en utilise moins CQFD… Ce principe peut s’appliquer à toutes les sauces, salées ou sucrées, qui demande de la farine pour être liées (le liant, c’est l’onctuosité finale).
Pour les gâteaux la règle est un peu différente. En général, on utilise la fécule de maïs dans les gâteaux pour les rendre plus légers et digestes. Le principe est de retirer une partie de la quantité de farine nécessaire et de la remplacer par de la Maïzena®. Votre gâteau sera beaucoup plus léger. Quand votre gâteau est compact, genre quatre-quarts, c’est un tiers de farine qu’il faut remplacer par de la Maïzena®. Si votre gâteau est naturellement aéré comme une génoise, c’est plus des 2 tiers de la farine qu’il faudra remplacer par la fécule. Le résultat est surprenant. Plus moelleux et vous avez l’impression d’en avoir mangé un peu moins car moins roboratif.
Certaines recette demande impérativement de la fécule, tel le gâteau de Savoie, particulièrement léger. Vous pouvez dans ce cas utiliser indifféremment de la fécule de pomme de terre ou de maïs.
Délayer la fécule dans un liquide froid avant de l'ajouter à un mélange en ébullition. Cuire quelques minutes pour faire disparaître son amertume.
La fécule de maïs est utililisée pour obtenir une sauce plus transparente, en particulier pour les sauces de couleurs brillantes comme les coulis, les sauces aux fruits, des crèmes, pour lier les soupes, consommés, veloutés.


L'Arrow Root est une fécule extraite des rhizomes (tiges souterraines) d'un tubercule: la maranta (plante des régions tropicales d'Amérique centrale et du sud, appelée aussi 'herbe aux flèches') et réduite en une fine poudre blanche que l'on utilise comme agent épaississant, de la même façon que la fécule de maïs.. Cette poudre blanche très fine, brute et très digeste est notamment recommandée pour les personnes allergiques au gluten. On l'utilise notamment pour lier et épaissir les sauces, potages, crèmes et flans et peut même parfois se substituer aux oeufs (respecter la recette et remplacer chaque oeuf par une c à s d' Arrow-Root).
Il s'emploie de la même façon que la Maïzena® ou tout autre fécule: le délayer à froid avant de l'incorporer à la préparation et de chauffer l'ensemble sur feu doux jusqu'à épaississement, mais permet d'obtenir des sauces plus transparentes.
L’arrow root est très utile pour préparer des bouillies légères pour les nourrissons du fait de sa digestibilité.


Les crèmes de céréales s'utilisent surtout pour épaissir les potages ou les purées. Il s'agit de farines précuites à la vapeur particulièrement digestes.
La Crème de riz est naturellement sans gluten puisqu'il s'agit d'une farine de riz précuite à la vapeur. On peut la fabriquer soi-même en mélangeant la farine avec de l'eau ou du lait.
La crème d’avoine est obtenue par le broyage de flocons d’avoine. L’avoine décortiquée subit une cuisson à la vapeur avant d’être floconnée et broyée. Après broyage, on obtient une farine de couleur blanche à gris clair. La cuisson des grains permet de donner un caractère soluble à la farine.
Elle s’incorpore dans les préparations alimentaires instantanées (boisson cacaotée, soupes…) comme liant, épaississant, et dans les produits de boulangerie, pâtisserie.
Elle permet aussi la mise en oeuvre du lait d’avoine.
Attention, elle contient du gluten.


Le riz est la céréale la plus cultivée au monde après le blé. Particulièrement facile à digérer. Elle ne contient pas de gluten.
Sa couleur est blanc noisette. Les farines sont réglementées par rapport à leur taux de cendre, c’est à dire la quantité de résidus minéraux présents dans la farine après combustion. Plus ce taux augmente, plus la farine est complète et contient une part importante des enveloppes (son).
La farine de riz est délicatement sucrée et a une texture légèrement granuleuse, de couleur blanchâtre, est le produit de la mouture des grains de riz. Anti-diarrhéique, elle peut entrer dans la composition d'un biberon de bébé car elle est très facile à digérer. Sans gluten, la farine de riz blanc ou brun remplace la farine de blé, elle est non allergène et présente en plus l'avantage d'être riche en bonnes protéines, vitamines, calcium, phosphore et potassium. En pâtisserie elle donne une texture subtilement croquante aux gâteaux. Tout comme les fécules, elle peut aussi rendre les génoises et autres cakes plus moelleux (pour cela, remplacer 1/3 du poids de la farine par de la farine de riz).


Le tapioca, aussi appelé perle du japon est une fécule, utilisée en cuisine, produite à partir des racines du manioc amer (non consommable sans traitement) séchées puis traitées. Son goût est neutre. On l'utilise notamment comme épaississant pour les soupes et les desserts.


La farine de châtaigne ne contient pas de gluten, elle peut donc être consommée par les personnes souffrant de maladie coeliaque. Elle contient principalement : oligo-éléments, protides, calcium et phosphore, potassium, fer et magnésium, vitamines B1, B2, et PP. De couleur plutôt grisâtre, douce au goût et assez granuleuse, c'est pourquoi il est préférable de la tamiser.


La farine de maïs est une poudre jaune obtenue par le broyage et le décorticage de grains de mais (Zea mays) dégermés et nettoyés. Selon le degré de finesse de la mouture on obtient des farines ou des semoules plus ou moins fines. Elle ne contient pas de gluten.
Le maïs, originaire d’Amérique centrale, d’Amérique du Sud et d'Amérique du Nord, constituait la base de l’alimentation des Amérindiens avant la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. La plante fut divinisée dans les anciennes civilisations d’Amérique centrale et méridionale et était connue chez les tribus d’Amérique du Nord comme l’une des trois soeurs. Introduite en Europe au XVIe siècle, elle est aujourd’hui cultivée mondialement et est devenue la première céréale mondiale devant le riz et le blé. La farine issue des grains de mais servait surtout à la fabrication de galettes.


Le quinoa est une graine issue d'une plante de la famille des épinards. Elle fut durant des millénaires la graine des Incas. Elle est d'une qualité protéinique incomparable. Très bonne source de phosphore, de calcium, de fer et de magnésium, elle constitue également un reminéralisant hors pair. Sans gluten.
La farine est produite à partir de graines de quinoa lavées, séchées et broyées.
De couleur blanche, elle à une odeur et un goût amer spécifique.


Le Sarrasin, appelé aussi "blé noir" bien que sa couleur soit plutôt grise et qu'il s'agisse en réalité non pas d'une graminée mais du fruit d'une plante de la même famille que l'oseille et la rhubarbe. Il contient des acides aminés précieux, la vitamine P précieuse pour la circulation sanguine et lymphatique. Sa remarquable teneur en calcium fait du sarrasin un puissant reminéralisant. Riche en rutine, il est particulièrement recommandé aux personnes souffrant de fragilité vasculaire.
Elle est parfaite pour les Blinis et les Galettes. Donne un pain légèrement amer. Comme toutes les farines sans gluten, elle ne lève pas à la cuisson et n'est donc pas panifiable seule.


L' Epeautre: céréale, plante de la famille des graminées. Il s'agirait de l'ancêtre du blé. Il fut notamment consommé par les gaulois c'est pourquoi on l'appelle aussi « blé des Gaulois », et les premières traces de sa culture datent de 9000 ans avant JC. Ce grain rustique nécessite peu d'eau, pousse bien sur les sols pauvres en éléments nutritifs et qui ne nécessitent pas d'usage de désherbant ou pesticide, et ne supporte pas le moindre engrais chimique et produits phytosanitaires d'où sa qualité et son faible rendement (elle a donc été délaissée au profit de variétés de blés à plus haut rendement). Une de ses autres caractéristiques est son enveloppe qui est très dure mais c'est aussi une qualité: les moisissures n'atteignent pas le grain. La plante est robuste, résistante au froid, aux maladies et aux autres infestations. Grâce à ses racines profondes, elle peut pousser sur des terrains très pauvres, peu fertilisés et très secs, ce qui en a fait une céréale plus facilement utilisable dans l'agriculture biologique.
L'épeautre est un grain essentiel en panification. Il est intéressant pour ses valeurs nutritionnelles exceptionnelles. Il contient 4 fois plus de magnésium que le blé, et est beaucoup plus riche en fibres, et phosphore que de nombreux blés actuels. Il contient aussi des vitamines B1 et B9, et est également riche en protéines et notamment en acides aminés essentiels (avec la présence de la lysine, souvent absente dans les céréales), en glucides, en zinc, fer, cuivre, potassium, calcium et sodium. Il est très digeste et moins allergène que le blé commun: son gluten est de bien meilleure qualité que celui des blés actuels, elle est donc généralement bien tolérée par les personnes intolérantes au gluten.
Après la culture d'autres variétés de céréales, en particulier froment, maïs et riz, la culture de l'épeautre a régressé progressivement jusqu'à disparaître presque totalement.
De nos jours, redécouvert pour ses précieuses propriétés diététiques, il trouve sa place naturelle dans les exploitations biologiques.
La particularité de l'épeautre est que le grain conserve après le battage les enveloppes qui restent adhérentes (comme c'est le cas pour d'autres céréales, orge, riz...), cela impose ensuite une opération de décorticage. Cet inconvénient, qui s'ajoute aussi au faible rendement de cette culture explique qu'elle est devenue moins populaire que le blé et a de fait poussé les agriculteurs à se tourner vers des cultures plus rentables.
Le rendement après décorticage est d'environ 60 à 70 % du produit initial. Cette faible rentabilité explique qu'aujourd'hui ce soit une céréale relativement chère.
Les grains d'épeautre décortiqués peuvent ensuite être moulus pour la fabrication de pâtes, pains et biscuits. La fabrication du pain à base de farine d'épeautre nécessite un peu moins d'eau car la pâte a tendance à coller. Donne un pain extrêmement savoureux.
Il y a en fait trois sortes d'épeautre. L' épeautre de Tartarie, utilisé en alimentation animale. Les deux variétés commercialisées en France sont le grand épeautre ou épeautre du Nord et le petit épeautre. Le petit épeautre donne un grain tendre qui peut être consommé tel quel comme du riz et a des valeurs nutritives supérieures au grand épeautre. Il est notamment très riche en magnésium, en phosphore et en calcium, et contient les huit acides aminées essentiels. Le grand épeautre est plus ferme, moins savoureux, moins digeste et est surtout utilisé pour la fabrication du pain et des pâtes.


Le seigle est une céréale tendre similaire au blé du point de vue nutritionnel, il est riche en minéraux, particulièrement en fer, en vitamine B et en fibre ce qui oeut lui donner un effet laxatif.
La composition du seigle ressemble assez au froment sauf qu’il contient beaucoup moins de gluten. Céréale bien adaptée aus sols pauvres qui apparaît plus tardivement il y a environ 2000ans, en Asie Mineure.
Le seigle permet d'apporter de la variété dans les plats à base de céréales.
De saveur plus sucrée et plus prononcée que le blé, il est tout sauf insipide.
Pauvre en gluten. Donne un pain assez lourd, compact et grisâtre avec une pâte assez collante et ayant peu d'élasticité. Elle doit être mélangée à de la farine de blé pour une meilleure panification.


Le Kamut®, ancêtre de notre blé dur, était cultivé dans l’Egypte antique il y a des milliers d’années et on le croyait totalement disparu. Cette variété de blé dur ancienne fût réintroduite en culture aux Etats-Unis et rebaptisée « kamut », un vieux mot égyptien signifiant blé.
Sa teneur en énergie est supérieure à celle des autres blés. Par rapport au blé courant, le Kamut® est plus riche en 8 minéraux sur 9, dont le magnésium, le sélénium et le zinc. De plus le blé Kamut® se distingue par un taux de vitamine E supérieur. Riche en sélénium, il aide à combattre la formation des radicaux libres et l’apparition des maladies cardiovasculaires. Sa teneur en magnésium et en zinc en font un excellent aliment anti-fatigue, sa richesse en glucides, lipides et potassium lui confèrent une valeur nutritionnelle élevée.
Très intéressante d'un point de vu nutritionnel, la farine de kamut® est très riche en protéines (presque 40% de plus que le blé), en sélénium, en zinc et magnésium, mais aussi en glucides, lipides et potassium.
Il fait partie de l'agriculture biologique, puisque contrairement au blé traditionnel, il n'a subi aucune modification génétique, et n'a ni besoin de fertilisants ni de pesticides pour se développer.
Le kamut® est uniquement cultivé en Amérique et est une plante protégée. D'ailleurs, le nom de kamut® fut déposé par deux agronomes américains comme marque commerciale.
Son épi porte des grains trois fois plus gros que le blé dur. Chaque épi est formé de gros grains longs et bosselés. L'utilisation commerciale du kamut® est soumise à un cahier des charges strict: il est ainsi exigé de le cultiver en agriculture biologique.
Donne un pain rustique et savoureux avec un goût très doux avec une nuance de noisette et une jolie couleur dorée. Cette céréale complète confère à la mie une structure dense mais légère et moelleuse.
Outre un pain très savoureux, la farine de Kamut® peut être utilisée pour la fabrication de pâtes, mueslis, couscous, pilafs, soupes.
Attention, elle est riche en gluten.


La farine de soja est obtenue par la mouture des grains de soja jaune que l'on a nettoyés et broyés. Sa couleur est jaune crème, son odeur et son goût s’apparente à celui des noix et on peut aussi noter une légère saveur biscuitée. Cette farine s’utilise en pâtisserie, mais aussi pour faire du pain sans gluten ou encore pour lier les sauces.
Le soja est une source appréciable de protéines, de glucides, de lipides et de minéraux. Il est pauvre en graisses saturées et riche en graisses insaturées, en acides gras poly-insaturéselle et en matières grasses végétales, de plus il est favorable pour combattre le cholestérol.
Elle ne contient pas de gluten naturellement et donne des pains légers mais nourrissants.
La farine de soja remplace les œufs : 1 cuillerée à soupe de farine de soja + 2 c à s d'eau remplacent un œuf.
Elle a la capacité d’absorber l'eau pendant le mélange et de retenir l'humidité lors de la cuisson augmentant ainsi la durée de conservation du produit.
Pour être consommée, la farine de soja doit être longuement cuite, donc pour faire gagner du temps aux consommateurs elle est proposée toastée ou précuite.



SOURCE: Grains de Semoule- DELTA 2000, WIKIPEDIA, Bio- Logique.info, passeportsante.net, bienmanger.com, Markal, Supertoinette, Cfaitmaison

lundi 16 novembre 2009

Endives Meunières




L'endive n'est pas un légume que j'apprécie particulièrement. Son amertume me dérange un peu et je ne sais jamais trop comment la cuisiner en dehors de la très simple salade. Petite, je me rappelle que maman faisait parfois une sorte de gratin qui mêlait endives, jambon et béchamel, le tout généreusement recouvert de fromage râpé, mais même là ça ne passait pas, l'amertume se faisant toujours beaucoup trop ressentir.
Mais comme nous sommes dans la pleine saison de l'endive, je me suis dis que j'allais lui redonner sa chance à cette petite et voir si avec l'âge et le temps mes goûts n'avaient un peu évoluer... Alors pour tenter de casser cette amertume si dérangeante à mon palais j'ai ajouter un peu de sucre à ma préparation meunières, lequel provoque une jolie coloration et amène une petite douceur très agréable en bouche.
Je ne peux pas dire que je raffole des endives maintenant, mais je dois reconnaître qu'il y a un mieux.



La cuisson meunière est une cuisson sautée au beurre. Elle se fait dans une poêle ou une sauteuse. Au beurre, est ajouté un filet de citron et du persil frais finement ciselé.





Compter 1/2 endives par personne
en accompagnement d'une viande par exemple.


2 belles endives
20 g de beurre
1/2 jus de citron
1/2 c à c de sel
poivre du moulin
1 c à s de sucre semoule
QS persil frisé






Laver les endives et les placer dans une cocotte allant au micro-ondes. Fermer avec le couvercle et laisser cuire sans ajouter d'eau 5 min pleine puissance.
Cette cuisson ultra rapide présente un double intérêt, non seulement elle permet de faire cuire les endives sans qu'elles ne s'imbibent d'eau mais va au contraire permettre qu'elles rendent leur eau.
(A défaut d'une cuisson au micro-ondes, cuire les endives à l'anglaise dans une eau citronnée pendant 40 à 50 min, c'est-à-dire à découvert dans une grande casserole d'eau  bouillante salée.)
Retirer les endives de la cocotte à l'aide d'un écumoire et les laisser tiédir quelques minutes. Les couper en 2.


Faire chauffer une grande poêle anti-adhésive et y faire fondre le beurre. Déposer les endives. Saler, poivrer et saupoudrer de sucre. Ajouter le jus de citron et laisser braiser 5 min à feu fort en veillant à ce que le caramel qui va se former ne brûle pas. Retourner avec précaution les endives, saler et poivrer légèrement de nouveau et poursuivre la cuisson 5 min. Au besoin rajouter un peu de jus de citron. Débarrasser sur un plat de service, ciseler un peu de persil frais et servir de suite.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...