jeudi 28 janvier 2010

Cookies Chocolat blanc, Amandes & Cranberries



Aïe! je prends une année de plus aujourd'hui, alors pour faire passer la chose avec un peu de légèreté j'ai fait ces petits cookies qui mêlent la douceur du chocolat blanc, la légère acidité de la cranberry et le croquant de l'amande... hum! un pur moment de gourmandise qui m'a laissé oublié un bref instant les 1ers cheveux blancs qui se profilent à l'horizon...





Pour une Quarantaine de Cookies

80 g de beurre 1/2 sel mou travaillé en pommade
1 sachet de sucre vanillé (ou 1 goutte de vanille liquide)
80 g de sucre fin
100 g de cassonade (l'emploi de la cassonade (ou du sucre roux) est indispensable, car c'est lui qui apporte le fondant)
1 oeuf
1/2 sachet de levure
100 g de cranberries séchées
100 g d'amandes entières grossièrement concassées
200 g de chocolat blanc à pâtisser haché grossièrement
250 g de farine



 Préchauffer le four à 180°

Dans un saladier, travailler les sucres avec le beurre jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux et blanchisse.
Ajouter l'œuf. Mélanger bien à fond et ajouter la farine fluide, la levure chimique et la pincée de sel.
Incorporer le chocolat blanc, les amandes et les cranberries.
On peut remplacer les amandes par des noix, des noisettes, des noix de pécan ou encore par un mélange de fruits secs.
Les quantités peuvent varier suivant les goûts.
Mélanger jusqu’à obtenir un mélange homogène.
Prélever de petites cuillerées et disposer sur une plaque anti- adhésive en espaçant bien.
Cuire 8 min pour des cookies moelleux et fondants ou 12 min pour des cookies croustillants.
Bien surveillez la cuisson : s’ils sont trop cuits, ils seront secs !

lundi 25 janvier 2010

Mousse au Chocolat



Une mousse au chocolat simple, rapide de réalisation et inratable, très aérienne, légère et avec un goût tout doux de chocolat. Fermer les yeux et laisser fondre chaque cuillerée dans la bouche, c'est un vrai bonheur!
Personnellement, j'utilise un chocolat à 65% pour plus de puissance, et malgré cela, je trouve que l'ajout de sucre n'est vraiment pas nécessaire et que son goût reste doux.
La petite pincée de Fleur de sel est indispensable, elle ajoute ce je ne sais quoi de totalement irrésistible. Elle rehausse la saveur du chocolat en lui apportant à la fois originalité et finesse.
C'est un petit dessert que je prends souvent le temps de préparer. Une heure de réfrigération peut suffire pour pouvoir y plonger la cuillère, mais pour une prise optimale, attendre 3 à 4 heures.

NB: j'ai trouvé l'idée de présentation de Fraise Basilic tellement jolie que je l'ai reproduite.


* Pour 6 ramequins individuels *


100 g de crème liquide entière
250 g de chocolat noir (de qualité - riche en beurre de cacao)
40 g de jaunes d'oeufs (+/- 2 jaunes)
120 g de blancs d'oeufs (+/- 4 blancs)
1 pincée de Fleur de sel
***
Porter la crème à ébullition. 
Concasser le chocolat et le fondre au bain-marie ou au micro-ondes. 
Verser la crème bouillante sur le chocolat fondu.
Remuer pour obtenir un mélange parfaitement lisse. 
Ajouter la pincée de Fleur de sel.
Laisser tiédir quelques secondes et ajouter les jaunes d'oeufs. Remuer de suite et rapidement pour ne pas les faire coaguler au contact du mélange chaud.
Monter les blancs d'oeufs en neige et  les incorporer très délicatement à la préparation pour ne pas les casser.
Verser en ramequins individuels ou dans un grand saladier et réserver au frais.


Quelques règles de base pour être sûr de réussir sa mousse au chocolat:

 ¤ Choisir des œufs extra frais.
¤ Utiliser de préférence un chocolat de qualité ‘à pâtisser’, moins sucré et plus riche en beurre de cacao.

(sur la liste de la composition du chocolat, bien vérifier qu'il est écrit PUR BEURRE DE CACAO et non graisses végétales = huile de palme)
¤ Quand on fait fondre du chocolat, celui- ci ne doit jamais entrer en contact avec de l’eau : il se figerait, ferait des grumeaux, perdrait son brillant et surtout serait inutilisable. Pour cette raison, ne jamais couvrir la casserole : la condensation qui se forme dans le couvercle mouillerait le chocolat. Il est également important de ne pas le remuer, il faut le laisser fondre doucement sans le toucher et une fois fondu, hors du feu, le lisser délicatement à la spatule en lui incorporant la crème chaude. Le chocolat doit fondre très doucement au- dessus d’un bain- marie frémissant et non bouillant car la chaleur de l’eau brûlerait le chocolat, c’est pourquoi la jatte contenant le chocolat ne doit pas toucher l’eau, ce qui permet au chocolat de conserver toute sa brillance. Si vous choisissez de faire fondre votre chocolat au micro- ondes, le placer dans un récipient spécial micro- ondes en évitant le plastique qui est un mauvais conducteur de chaleur, et le faire fondre 30 s à vitesse maximale.
¤ Travailler rapidement les jaunes d’œufs avec le chocolat encore chaud afin d’éviter que les œufs ne cuisent.
¤ Ne pas trop battre les blancs en neige : il faut qu’ils soient juste luisants et en pointes douces, autrement ils seraient trop secs et auraient du mal à s’incorporer au chocolat. Les mélanger délicatement au chocolat encore tiède en vous servant d’une spatule souple : incorporer d’abord 1 c sans trop de ménagement pour liquéfier le chocolat et faciliter ensuite le mélange, puis incorporer le reste progressivement en soulevant bien la masse pour ne pas «casser» les blancs.


mardi 19 janvier 2010

Pain sans pétrissage, cuisson cocotte, farines de seigle, complète & petites graines




Habituellement, quand je fais cette recette, je la décline en petits pains individuels. Bien pratique, ils se gardent au congélateur et permettent de me dépanner en cas de besoin. Mais depuis que j'ai découvert la cuisson du pain en cocotte, je n'utilise plus que cette méthode. Alors j'ai eu l'idée de mêler les 2, il s'agit donc ici d'un pain sans pétrissage et en cuisson cocotte!
Ultra rapidissime de réalisation et surtout bluffant de réussite: simple et efficace, bref J'ADORE!!!







Proportions pour une cocotte ronde en pyrex de 3.75 L

500 g de farine type 65 (indispensable)
200 g de farine complète (je mélange les farines en fonction de mes envies et de mes stocks)
50 g de farine de seigle
50 g de graines mélangées (lin, sésame, tournesol...)
1 c à c de levure de boulanger
50 cl d'eau tiède
10 cl de lait tiède
1 c à s de sirop d'agave (ou miel)
1 c à s de sel





Mélanger le lait, l'eau et le sirop d'agave. Faire tiédir quelques secondes au micro-ondes.
Dans un grand saladier, mélanger les farines, les graines et le sel. Creuser un puits.
Ajouter la levure au mélange tiédi, remuer rapidement et couvrir quelques minutes. Mélanger de nouveau pour bien délayer la levure et verser au centre du puits. Travailler rapidement sans pétrir (la pâte doit rester souple et un peu "coulante"). Saupoudrer la pâte de farine sur toute sa surface, couvrir d'un linge propre et laisser lever ainsi dans un endroit tiède à l'abri des courants d'air pendant 1 h 30.
Saupoudrer de farine le plan de travail et retourner le saladier d'un coup.
Bien fariner la pâte et lui donner (autant que possible) une forme de boule.
Placer dans une cocotte en pyrex (fond recouvert d'une feuille de papier sulfurisé pour faciliter le démoulage), saupoudrer de nouveau de farine et laisser reposer 30 min couvercle fermé.
Mettre la cocotte (couvercle toujours fermé) dans le four froid et démarrer le four à 210° (th7) et laisser cuire 45 min, attention à ne pas ouvrir la cocotte durant cette période de cuisson pour ne pas faire retomber le pain. Retirer le couvercle et prolonger la cuisson 5 min.




mercredi 13 janvier 2010

Truffes Blanches à la Coco




Oui, c'est vrai, les Fêtes sont derrière nous maintenant, mais c'est pas pour autant qu'on a pas le droit de se faire un petit plaisir gourmand.
(source recette: Gloubiblog, avec modifications personnelles)



180 g de chocolat blanc à pâtisser
6 cl de crème liquide à 35%
40 g de noix de coco râpée
QS de coco râpée & amandes hachées pour enrobage

Faire fondre le chocolat avec la crème au dessus d'un bain-marie à peine frémissant. Une fois le chocolat fondu, remuer délicatement pour lisser le mélange. Retirer du feu et ajouter la coco râpée et mélanger de nouveau.
Laisser refroidir, puis réserver au frais pour faire raffermir.
Une fois la préparation bien ferme (4 heures après), en prélever de petites cuillerées et façonner de petites boules en les roulant délicatement avec la paume de la main une par une dans un mélange de coco râpée et d'amandes hachées.
Réserver au réfrigérateur dans un récipient hermétique pour éviter toute transmission d’odeur et les consommer dans les 3 jours.
 


Pour un peu plus de gourmandise, il est possible de glisser au centre une petite noisette entière légèrement torréfiée.

vendredi 8 janvier 2010

Cinnamon *** Biscuits




J'ai rangé mon sapin; chaque petite décoration a été délicatement enroulée dans un peu de papier pour ne pas qu'elles se brisent et que je puisse les redécouvrirent l'année prochaine avec la même joie. Petit à petit, la maison a perdu son air de fête, tout est redevenu comme avant...
C'est toujours avec une pointe de tristesse et un petit pincement au coeur que je m'attèle à cette tâche et j'essaye toujours de repousser cet instant le plus possible, mais il arrive bien un moment où il faut s'y mettre! 
Alors pour m'apporter un peu de réconfort et me laisser croire que la magie n'est pas encore tout à fait éteinte et que ça peut continuer encore un peu, j'ai fait ces petits biscuits au bon goût de cannelle à déguster blottie sous la couette avec un bon bol de chocolat chaud. 
Vivement l'année prochaine qu'on puisse remettre ça....

 

Pour une trentaine de Biscuits

125 g de farine blanche
125 g de farine de seigle
1 c à c de levure chimique
1 c à s de cannelle en poudre
175 g de beurre mou
175 g de vergeoise brune
1 pincée de sel
1 oeuf entier



Dans un saladier, verser les farines, la levure, la cannelle, la vergeoise et le sel. Mélanger. Ajouter le beurre moux coupé en dés. Travailler le mélange en le sablant entre les doigts. Ajouter l'oeuf entier et mélanger jusqu'à consistance homogène. Ramasser en boule et réserver au frais minimum 2 heures.
Préchauffer le four à 180°
Sortir la pâte. L'étaler, sur une feuille de papier cuisson, sur une épaisseur de 4 ou 5 mm. Découper des formes à l'aide de jolis emportes- pièces et enfourner pour 20 min. Laisser complètement refroidir sur une grille et les conserver dans une boîte hermétique.


mercredi 6 janvier 2010

Palmiers feuilletés


Savoir réutiliser les restes!



On ne sait souvent pas trop quoi faire avec les parures de pâte feuilletée. Alors voilà une idée toute simple mais qui fait toujours son petit effet: les palmiers. Depuis toute gosse j'en mangeais sans même savoir que c'était si bête à réaliser! Bon, évidement, la chose deviendra tout de suite plus laborieuse si vous décidez de faire votre pâte vous même.



+/- 200 g rognures de pâte feuilletée (Maison ou du commerce)
1 jaune d'oeuf battu à la fourchette
50 g de sucre semoule



Saupoudrer légèrement le plan de travail de farine.
Empiler les chutes de pâte les unes sur les autres, bien à plat: ne surtout pas les ramasser en boule sous peine de casser le feuilletage! compacter en appuyant pour les solidariser un peu et les abaisser au rouleau dans la longueur pour respecter le sens du feuilletage (il est possible de redonner un tours mais ça n'est pas une obligation).



Détailler en un joli rectangle bien régulier, l'idéal étant d'obtenir un rectangle d'environ 30/20.
Badigeonner de jaune d'oeuf, saupoudrer généreusement de sucre semoule et rouler en partant des deux côtés pour former 2 boudins se rejoignant au centre de la pâte (?!?!?... non, mais si, je suis sûre que vous m'avez comprise!!).
Badigeonner le boudin obtenu de nouveau avec du jaune d'oeuf et saupoudrer de nouveau de sucre semoule. Réserver au congélateur 15 min pour faciliter le découpage.
Préchauffer le four à 210°
Détailler le boudin en tronçon réguliers d'1cm d'épaisseur et ranger sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson.
Cuire 10 min jusqu'à l'obtention d'une jolie couleur caramélisée. Retourner les petits palmiers et poursuivre la cuisson 5 min. Retirer du four et laisser refroidir avant de les conserver dans une boîte hermétique.


dimanche 3 janvier 2010

Galette des Rois: attendre le jour J




S'il est un jour dans l'année que j'attends toujours avec beaucoup d'impatience, c'est bien celui de l'Epiphanie, parce qu'en tant que gourmande connue et reconnue, la fameuse Galette à la crème d'amande figure tout en haut du hit parade de mes desserts favoris. Par contre, je mets toujours un point d'honneur à attendre le 1er dimanche de janvier pour prendre le temps de la déguster, et je refuse de céder à la tentation alors que j'en vois un peu partout et ce alors même que les Fêtes sont encore loin d'arriver!

 

Je vous renvoie à ce post ci pour la recette.
Mais vous pouvez aussi tenter des originalités avec ces recettes ci:

vendredi 1 janvier 2010

Truffes au Praliné & Feuilletine




Partie sur ma lancé on ne m'arrête plus! voici donc une nouvelle version de petites truffes à picorer pour que le passage de 2009 à 2010 se fasse tout en gourmandise.
J'en profite donc pour vous souhaiter une très jolie nouvelle année, pleine d'espérance, de bonheur et d'instants gourmands évidemment.

100 g de chocolat noir à 75%
100 g de chocolat blanc à pâtisser
1 c à s de pâte de pralin (recette maison ICI)
100 g de crème liquide à 35%
1 c à s de lait
40 g de feuilletine (Gavottes® émiettées)





Faire fondre très doucement au dessus d’un bain- marie à peine frémissant les chocolats, le lait et la crème.
Une fois bien fondus, lisser le mélange à la spatule.
Retirer du feu et ajouter la pâte de pralin et la feuilletine. Mélanger sans attendre.
Laisser refroidir, puis réserver au frais pour faire raffermir.
Une fois la préparation bien ferme (4 heures après), en prélever de petites cuillerées et façonner de petites boules en les roulant délicatement avec la paume de la main une par une dans de la feuilletine.
Réserver au réfrigérateur dans un récipient hermétique pour éviter toute transmission d’odeur et les consommer dans les 3 jours.


Calendrier Gourmand Janvier 2010



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...