lundi 30 septembre 2013

Kouign-Amann

 
Il paraît difficile de partir en vacances en Bretagne et de passer à côté du fameux et célèbre "gâteau au beurre" qu'est le Kouign-Amann.
Bien qu'originaire de Douarnenez dans le Finistère, on en trouve aisément dans toute la Bretagne.
C'est tout simplement LA pâtisserie emblématique de la région.
Avec mon homme, nous étions à cheval entre l'Ille-et-Vilaine et les Côtés d'Armor. Nous en avons vu absolument partout. Pas une boulangerie, une pâtisserie, un magasin de vente de produits régionaux ou même encore restaurant n'en proposait pas!! Certains très esthétiques et au combien appétissants, d'autres beaucoup moins... et très certainement douteux sur la qualité des produits utilisés,:( la rançon de la gloire... "Le fait qui veut, le réussit qui peut".
Diabolisé de part sa teneur élevée +++ en beurre, il se dit que les bretons n'en mangeraient pas et laisseraient ça aux touristes... Vrai ou pas, je ne sais pas, mais en tout cas, j'ai personnellement surpris quelques bretons purs crus se lécher les doigts après une dégustation qui se voulait en catimini... :)
Mais à y regarder de plus près, je ne pense pas que le kouign-amann soit plus riche qu'une autre pâtisserie comme le millefeuille (feuilletage, crème et fondant... soit beurre + œufs + sucre rien de bien diététique) par exemple ou même encore une tarte un  peu élaborée qui se compose d'une pâte sablée (riche en beurre) et bien souvent d'une crème d'amandes (riche en beurre aussi!!) ou pâtissière... Selon Didier Lemasle, pâtissier douarneniste et adhérent de l'association du véritable kouign-amann, "la sensation de gras en bouche provient du beurre qui n'est pas incorporé, comme il l'est dans une pâte sablée, mais juste déposé au milieu de la pâte et donc très présent dès que l'on mord dedans".
En fin de compte, le kouign-amann c'est quoi au juste??
 
"Fabriqué à partir de pâte à pain recouverte d'un mélange beurre/sucre et repliée à manière d'un feuilletage. A la cuisson, le mélange beurre/sucre fond, se mélange, imprègne la pâte et suinte à travers le feuilletage pour caraméliser. On obtient ainsi une texture unique, à la fois fondante et moelleuse à l'intérieur et croustillante et caramélisée à l'extérieur" (Wikipédia).
Cette conjugaison mélodieuse de pâte à pain, de caramélisation (qui lui confère son goût unique), de beurre et de sucre en fait une pâtisserie tout à fait irrésistible.
 
Durant notre semaine de vacances, nous avons eu l'occasion d'y goûter à plusieurs reprises et à chaque fois avec un véritable enchantement.
Vous vous doutez bien que je pouvais difficilement résister à l'envie de m'y essayer.
Je vais être tout à fait honnête avec vous. J'ai eu une première réalisation qui s'est avérée absolument désastreuse!!!! En fait, c'est entièrement de ma faute. J'avais plutôt bien réussit mon pliage. Plutôt, parce que malgré toutes les précautions prises, j'avais quelques fuites de beurre... mais rien de catastrophique en soit. J'ai tant bien que mal façonné un boudin que j'ai coupé en tronçons  et déposés tels quels sans plus de réflexions sur une plaque à pâtisserie bien évidement sans rebords. Et c'est à cette étape là que mon côté blond qui a des moments d'absences a décidé de s'exprimer dans toute sa splendeur. Pas une seconde l'idée ne m'a traversée l'esprit que le beurre allait fondre, coulé et donc ruisselé dans tout le four puisque pas stoppé par les rebords d'une plaque qu'il aurait été plus que purement logique d'utiliser!!! Je ne vous cache pas que j'ai vécu un grand moment de solitude!
Je me suis retrouvée godiche devant mon four qui fumait de tout les côtés, désabusée devant l'ampleur des dégâts. J'ai littéralement pourri l'appartement avec une joyeuse odeur de cramée.
N'ayant en plus pas eu l'idée de déposer mes tronçons à l'intérieur de cercles pour leur conserver une forme régulière et éviter qu'ils ne s'affaissent (en même temps c'est logique, j'avais déjà pas eu l'idée de la plaque à rebords, j'allais pas en plus avoir celle des cercles!!! faut pas déconner quand même, je reste blonde jusqu'au bout!!), j'ai eu au final des "trucs" informes, plats et en plus trop cuits (puisque j'avais mit mon four sur 240°)!! Bref, une totale réussite.
Il m'a fallu une semaine pour me remettre de mes émotions, décaper mon pauvre four, faire disparaître totalement l'odeur de cramée dans l'appartement à grand renfort de bougies parfumées et de bâtons d'encens, et me dire que peut-être il serait quand même intéressant de me renseigner un peu davantage sur la technique de réalisation et de cuisson avant de me relancer tête baissée!!
Et le 2d essai fût le bon!!
J'ai procédé différemment pour mon façonnage, ai utilisé des cercles pour les cuire et une plaque à rebords.
Je me suis laissée guider par la recette de Christophe Felder, mais n'est pas suivi sa technique de façonnage, puisque le sucre n'est pas incorporé en même temps que le beurre comme il faut "normalement" le faire. J'ai choisi de rester fidèle au pliage traditionnel (c'est-à-dire une incorporation par pliage successif du beurre et du sucre en même temps), pour le reste, je m'en suis entièrement remise à son savoir-faire.
Nous avons été enchanté de mes kouign-amann individuels (kouignettes).
Une caramélisation parfaite avec cette double texture à la fois ultra croustillante à l'extérieur et fondante à l'intérieur.
Bien cuits (et pas trop... j'ai cette fois-ci mit mon four sur 200°), avec ce bon goût de beurre et sucre mêlés...
On est reparti un peu en vacances.


Pour 6 Kouign-Amann individuels (Kouignettes) de 10 cm de Ø et 2 cm de haut

~
 

10 g de beurre doux fondu
275 g de farine type 55
6 g de sel fin
5 g de levure fraîche de boulanger
165 g d'eau à peine tiède
~
225 g de beurre 1/2 sel froid
225 g de sucre semoule
~
Prévoir pour le tourage de la farine supplémentaire pour fleurer le plan de travail
ainsi qu'environ 50 g de sucre pour le façonnage
 
 
Fondre le beurre au micro-ondes et le réserver.
Verser la farine dans la cuve d'un batteur muni du crochet. Ajouter la levure émiettée et le sel en faisant attention à ce que ces deux éléments ne se touchent pas l'un l'autre. Ajouter l'eau et le beurre fondu. Mélanger à faible vitesse 2 à 3 min, jusqu'à ce que la pâte soit bien homogène, souple et légèrement élastique.
 
Filmer la pâte au contact et la réserver au réfrigérateur 1 heure.
Fariner légèrement le plan de travail et étaler la pâte de sorte à obtenir un rectangle le plus régulier possible.
Aplatir au rouleau le beurre tout juste sorti du réfrigérateur de sorte à obtenir un rectangle deux fois plus petit que la pâte.
Placer le beurre bien au centre de la pâte, verser le sucre par-dessus et plier la pâte sur elle-même de sorte à parfaitement enfermer le mélange beurre/sucre.
Tourner le tout d'un quart de tours, de sorte à avoir la pliure dans la longueur et sur la droite.
Etaler  la pâte sur environ 40 cm de long en la  soulevant régulièrement avec la main pour s'assurer qu'elle ne colle pas au plan de travail (au besoin, rajouter un peu de farine). La plier en trois, en portefeuille, la tourner de nouveau d'un quart de tour, la pliure toujours sur la droite. Répéter l'opération une seconde fois. Laisser reposer la  pâte une vingtaine de minutes au réfrigération et donner de nouveau deux tours simples à la pâte.
 
La laisser de nouveau reposer 20 min au réfrigérateur.
Préparer 6 cercles à tartelettes de 10 cm sur une plaque à pâtisserie à rebords recouverte de papier sulfurisé.
Fariner légèrement le plan de travail et étaler la pâte en un rectangle d'environ 4 mm d'épaisseur.
Détailler ce rectangle en 6 carrés  réguliers.
Saupoudrer le plan de travail de sucre semoule.
Poser un carré de pâte sur le sucre et rabattre les quatre coins sur le milieu. Plier de sorte à obtenir une forme bien arrondie. Répéter l'opération avec les  5 autres carrés de pâte.
Placer chaque Kouign-Amann dans un cercle pliures apparentes.
Préchauffer le four à 200°
Laisser pousser à l'abri des courants d'air et dans une pièce tempérée 30 à 40 min.
Cuire 30 min.
Retirer du four, décercler de suite et prolonger si besoin la cuisson 5 min pour uniformiser la coloration.
Déposer immédiatement après la sortie du four sur une plaque propre recouverte d'un papier sulfurisé.
Laisser tiédir et déguster sans attendre, c'est tellement meilleur encore tiède!!!! 
 

16 commentaires:

  1. le kouign amann est le plus beau souvenir gustatif de mes balades en Bretagne, je suis archi fan de cette pâtisserie...déjà eut aussi l'occasion de le déguster en version individuelles (au chocolat notamment pour rajouter un peu de calories...). En tout cas, j'essaierai cette version !

    bonne soirée, bises

    RépondreSupprimer
  2. Les bretons étant des voisins, il faudrait vraiment que je m'y essaie un jour ;) !!!

    RépondreSupprimer
  3. La bombe calorique bretonne par excellence !!!
    Que de souvenirs ...
    Félicitations.
    MICHEL31

    RépondreSupprimer
  4. Ca part direct sur les hanches, mais qu'est-ce que c'est bon !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Alors là je suis enchantée, cela me rappelle mon enfance où maman et moi tentions cette merveille, merveille qui, il va sans dire, est l'un de mes gâteaux préférés! Merci pour ce joli partage, et au passage, bravo pour ton très joli blog.

    RépondreSupprimer
  6. Je bave devant tes réalisations depuis des lustres, admirative et pétrie de jalousie (rapport a mes risibles talents de pâtissière)... Maintenant que je sais que tu es un vrai être humain, que tu ne viens pas de chez Marvel et qu'il t'arrive aussi de cramer des trucs, je peux te féliciter pour ce blog magnifique et ce kouign amann qui, grâce a mon handicap du feuilletage et mon éloignement de la Bretagne, ne finira jamais sur ces hanches qui ne passent déjà plus les portes....

    RépondreSupprimer
  7. Mmhm, je t'en pique pour ma collation du soir ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je bave devant tes réalisations depuis des lustres, admirative et pétrie de jalousie (rapport a mes risibles talents de pâtissière)... Maintenant que je sais que tu es un vrai être humain, que tu ne viens pas de chez Marvel et qu'il t'arrive aussi de cramer des trucs, je peux te féliciter pour ce blog magnifique et ce kouign amann qui, grâce a mon handicap du feuilletage et mon éloignement de la Bretagne, ne finira jamais sur ces hanches qui ne passent déjà plus les portes....

    RépondreSupprimer
  9. j'ai beau etre d'origine bretonne je n'en ai jamais mangé pas faute d'en avoir envie :)

    RépondreSupprimer
  10. trèèèèèès bons mais tellement pas light

    RépondreSupprimer
  11. Très réussis ces p'tits kouign amann!!!! Le feuilletage est terrible! paroles de bretonne (qui ne va tout de même pas laisser tous les kouign amann aux touristes!! Faut partager les calories, non?) Kenavo

    RépondreSupprimer
  12. Ils sont superbes ! J'adore ça mais n'en ai jamais fait, il faudra que j'essaie ta recette. Biz et bon week-end. Véro

    RépondreSupprimer
  13. le mien est dans le four...merci pour la recette ultra simple et bien détaillée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bon..je viens de le sortir du four...mon ami n'a pu s’empêcher d'en grignoter un petit bout...c'est super bon!

      Supprimer
  14. patricia01 mai, 2014

    Dis cette recette peut convernir pour un grand quel diamètre me conseilles tu pour le cercle le mien est de 22cm

    RépondreSupprimer

Un bout de quelque chose à dire ???

JE REÇOIS ÉNORMÉMENT DE MAILS, JE TACHE DE RÉPONDRE A TOUT LE MONDE, CEPENDANT, COMPTER UN DÉLAIS D'AU MINIMUM 72 HEURES AVANT TRAITEMENT DE VOS DEMANDES.

ATTENTION: les questions où les réponses peuvent être trouvées par une simple recherche personnelle de votre part sur internet (ou présentent dans le texte introductif ou la recette en elle-même) ne trouveront plus de réponse de ma part.
Merci de bien lire la recette en entier avant de me poser vos questions, bien souvent les réponses y sont clairement écrites :)
Merci de votre compréhension

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...